Elégie à ma sœur

Sur la route de la vie et de la mort
Nous nous trouvons, hésitant.
Pourquoi es-tu soudain partie,
Sans même me dire « Je m’en vais » ?
Au premier matin d’automne
Comme les feuilles ici et là se dispersent,
Nés sur la même branche
Mais ne sachant où nous allons.
Ah ! au pays d’Amitabha te reverrai !
T’attendre ! en cultivant la Voie !

Moine Wolmyeongsa (Clair de lune, Corée)