L’étonnement quotidien dans le monde endormi
N’a pas de fin.
Les vibrations de l’instrument à cordes,
Une fois lancées, ne finissent jamais.

(p.17, Écrits sur le mur, Park Je Chun)