23 décembre 2015

Vibration de vibrations

              DELEUZE / LEIBNIZ Cours Vincennes - St Denis : l évènement, Whitehead - 10/03/1987 Télécharger ce cours en :     pdf (disponible)     rtf (disponible) On travaille. J'avais commencé la dernière fois une espèce de vue d'ensemble ou de conclusion concernant la transformation que Leibniz faisait subir à la notion de substance. Si vous le voulez bien on laisse ça de... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mars 2013

"Quand [les Stoïciens] disent que toutes les choses sont des corps, ils veulent dire que toutes les choses se définissent par tonos, l’effort contracté qui définit la chose. L’espèce de contraction, la force embryonnée qui est dans la chose, si vous ne la trouvez pas, vous ne connaissez pas la chose. Ce que Spinoza reprendra avec l’expression, «qu’est-ce que peut un corps?» Autre exemple. Après les stoïciens, au début du christianisme, se développe un type de philosophie très extraordinaire: l’école néo-platonicienne. Le préfixe... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 octobre 2012

Avec cet ouvrage majeur qu'est Différence et Répétition, Gilles Deleuze propose une conception du monde peu confortable en ce qu'elle nie toute stabilité, mais stimulante par son exigence à sortir des cadres de pensée habituels. Différence et Répétition (1969) est une oeuvre charnière dans le parcours philosophique de Gilles Deleuze. A l'origine, il s'agit de sa thèse de doctorat principale dirigée par Maurice de Gandillac qui fut présentée en 1968 avec sa thèse complémentaire sur « L'idée d'expression dans la philosophie de Spinoza... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 00:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 octobre 2012

A la source, à la vitesse de la lumière

  Gilles Deleuze - 2 décembre 1980 - Sur les vitesses de la pensée Des vitesses de la pensée - (...) ce problème des vitesses de la pensée et de l’importance de ces vitesses chez Spinoza, du point de vue de Spinoza lui même. Et je disais après tout, l’intuition intellectuelle - ce que Spinoza présentera comme l’intuition du troisième genre de connaissance, - c’est bien une espèce de pensée comme éclair. C’est bien une pensée à vitesse absolue. C’est à dire qui va à la fois le plus profond et qui embrasse, qui a une... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 00:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 octobre 2012

‎"La partie inaliénable de l'âme, c'est quand on a cessé d'être un moi: il faut conquérir cette part éminemment fluente, vibrante, luttante." (Deleuze, Critique et Clinique).
Posté par AUGDER à 01:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 octobre 2012

"Le combat au contraire est cette puissante vitalité non-organique qui complète la force avec la force, et enrichit ce dont elle s'empare. Le bébé présente cette vitalité, vouloir-vivre obstiné, têtu, indomptable, différent de toute vie organique." (Deleuze, Critique et Clinique).
Posté par AUGDER à 01:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2012

Là où la psychanalyse dit : Arrêtez, retrouvez votre moi, il faudrait dire : Allons encore plus loin, nous n’avons pas encore trouvé notre Corps sans Organes, pas assez défait notre moi. Remplacez l’anamnèse par l’oubli, l’interprétation par l’expérimentation. Trouvez votre Corps sans Organes, sachez le faire, c’est question de vie ou de mort, de jeunesse ou de vieillesse, de tristesse et de gaieté. Et c’est là que tout se joue… C’est là que tout se joue pourtant : enjeu éthique, enjeu de liberté, assurément. Quand bien même le Corps... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 juin 2012

Ecrire, selon Deleuze

(...) Autant dire qu’un grand écrivain est toujours comme un étranger dans la langue où il s’exprime, même si c’est sa langue natale. A la limite, il prend ses forces dans une minorité muette inconnue, qui n’appartient qu’à lui. C’est un étranger dans sa propre langue : il ne mélange pas une autre langue à sa langue, il taille dans sa langue une langue étrangère et qui ne préexiste pas. Faire crier, faire bégayer, balbutier, murmurer la langue en elle-même. Quel plus beau compliment que celui d’un critique disant des Sept piliers de... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 00:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 décembre 2011

Corps (mystique) sans organe

Deleuze, cours du 26 mars 1973 à Vincennes   Foucault a dit dans l'archéologie", des choses bien profondes sur les énoncés, qui concernent plusieurs domaines à la fois, même si ce n'est pas en même temps. Je prends deux exemples très vagues : il y a un moment, dans la cité grecque où des énoncés d'un type nouveau surgissent, et ces énoncés d'un type nouveau surgissent dans des rapports temporels assignables, en plusieurs domaines. Ça peut être des énoncés concernant l'amour, concernant le mariage, concernant la guerre, et on... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 janvier 2011

A Louisa "La grande ressemblance entre Platon et Bergson est qu'ils ont tous deux fait une philosophie de la différence où celle-ci est pensée comme telle et ne se réduit pas à la contradiction." (Deleuze, La conception de la différence chez Bergson in L'île déserte et autres textes)
Posté par AUGDER à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,