10 décembre 2009

Le paradoxe mallarméen

A Bento C'est chez Leconte de Lisle que " M. Mallarmé lut sa fameuse pièce où figurent ces vers:                                  Là une ptyx,Insolite vaisseau d'inanité sonore. On n'osa pas tout de suite demander à M. Mallarmé ce qu'il avait voulu dire. Mais enfin, au bout de huit jours, M. Leconte de Lisle, avec des précautions infinies, se hasarda à prendre le poête à part:- C'est sans doute un piano, instrument... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 novembre 2009

Le nénuphar blanc

J'avais beaucoup ramé, d'un grand geste net assoupi, les yeux au -dedans fixés sur l'entier oubli d'aller, comme le rire de l'heure coulait alentour. Tant d'immobilité paressait que frôlé d'un bruit inerte où fila jusqu'à moitié la yole, je ne vérifiai l'arrêt qu'à l'étincellement stable d'initiales sur les avirons mis à nu, ce qui me rappela à mon identité mondaine. (ibidem, p.428)
Posté par AUGDER à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 novembre 2009

La yole de Mallarmé

Le bachot privé d'avironsDort au pieu qui le cadenasse -Sur l'onde nous ne nous mironsEncore pour lever la nasse Le fleuve sans autres émoisQue l'aube bleue avec paresseCoule de Valvins à SamoisFrigidement sous la caresse Ce brusque mouvement pareilA secouer de quelque épauleLa charge obscure du sommeilQue tout seul essaierait un saule Est Paul Nadar debout et vertJetant l'épervier grand ouvert. (Vers de circonstance, Gallimard Pléiade, vol. 1, p. 354, "L'original fut envoyé à Paul Nadar, voisin des Mallarmé à Samois,... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 novembre 2009

La yole de Mallarmé

Cigarettes, ne desséchezJamais, grâce à votre bout lisse,Les deux lèvres où sont nichésSes baisers, notre seul délice. (Vers de Circonstances, 133, Pléiade, Gallimard, p.338)
Posté par AUGDER à 15:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :