17 février 2013

Le partage total entre deux êtres est impossible et chaque fois que l'on pourrait croire qu'un tel partage a été réalisé, il s'agit d'un accord qui frustre l'un des partenaires, ou même tous les deux, de la possibilité de se développer pleinement.Mais lorsque l'on a pris conscience de la distance infinie qu'il y aura toujours entre deux êtres humains, quels qu'ils soient, une merveilleuse "vie côte à côte"devient possible. Il faudra que les deux partenaires deviennent capables d'aimer cette distance qui les sépare et grâce à laquelle... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 12:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

27 novembre 2010

Ouvrir la rose, fermer le narcisse.

     Tout est distance, et nulle part ne se ferme le cercle.Rilke, Sonnets à Orphée, II, 20     1 L’une des plus étranges rencontres de notre siècle, au creux des failles de la parole, est sans doute celle de Rilke et de Heidegger qui a réactivé ce que Platon, au dixième Livre de la République (607 b-c) nommait « le vieux différend » entre la philosophie et la poésie. Cette rencontre va si peu de soi, d’ailleurs, que les admirateurs du poète n’ont pas toujours considéré avec bienveillance l’intérêt... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 01:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 septembre 2010

La charge: déposer le fardeau

"Je l'ai compris pour la première fois à l'Ecole militaire; plus tard sous l'uniforme du fantassin. Et de nouveau à présent : qu'à chaque créature n'échoit jamais, en quelque sorte, que la charge qui est à l'échelle de ses forces, quand bien même elle les dépasserait souvent de beaucoup. Mais nous qui nous tenons à l'insaisissable point d'intersection de tant de mondes différents et contradictoires, il peut nous arriver d'être surpris soudain par une charge sans aucun rapport avec notre capacité et notre usage... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2010

« J’apprends à voir. Je ne sais pas pourquoi, tout pénètre en moi plus profondément, et ne demeure pas où, jusqu’ici, cela prenait toujours fin. J’ai un intérieur que j’ignorais. Tout y va désormais. Je ne sais pas ce qui se passe. Aujourd’hui en écrivant une lettre, j’ai été frappé du fait que je ne suis ici que depuis trois semaines. Trois semaines, ailleurs, à la campagne par exemple, cela semblait un jour, ici ce sont des années. Du reste je ne veux plus écrire de lettres. A quoi bon dire à quelqu’un que je change... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 janvier 2010

De profundis

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin-top:6.0pt; margin-right:0cm; margin-bottom:0cm; margin-left:24.0pt; margin-bottom:.0001pt; text-indent:27.0pt; line-height:125%; mso-pagination:none; font-size:8.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:"Courier New"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-language:EN-US; ... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :