31 janvier 2016

Sous le soleil fonduTa poésie une absolueCe monde n'est pas un rêveLa vie en est la sève Roberto JuarrozPlonge vif et véloceAu fond de la fosseEntre l'arbre et l'écorceRoberto JuarrozVerticale vit la noce Tu chut' jusqu'en deçaPluie intime que traçaLa ligne variableEn sa suite ineffableRoberto JuarrozPlonge vif et véloceAu fond de la fosseEntre l'arbre et l'écorceRoberto JuarrozVerticale vit la noce Tu ferm' les deux yeuxSous le poids des cieuxIndescriptible augureQue le vide inaugureRoberto JuarrozPlonge vif et véloceAu fond de la... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 août 2014

Je pense qu'en ce moment personne peut-être ne pense à moi dans l'univers, que moi seul je me pense, et si maintenant je mourrais, personne ni moi ne me penserait.   Et ici commence l'abîme, comme lorsque je m'endors. Je suis mon propre soutien et me l'ôte,   Je contribue à tapisser d'absence toute chose, C'est pour cela peut-être que penser à un homme revient à le sauver.   Roberto Juarroz, Poésie verticale, Trente poèmes, traduit par Roger Munier, éditions Unes.
Posté par AUGDER à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 août 2014

Eteindre la lumière,chaque nuit, est comme un rite d'initiation: s'ouvrir au corps de l'ombre, revenir au cycle d'un apprentissage toujours remis; se rappeler que toute lumière est une enclave transitoire.   Dans l'ombre, par exemple, les noms qui nous servent dans la lumière n'ont plus cours. Il faut les remplacer un à un. Et plus tard effacer tous les noms. Et même finir par changer tout le langage et articuler le langage de l'ombre.   Eteindre la lumière, chaque nuit, rend notre identité honteuse, broie... [Lire la suite]
Posté par AUGDER à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 octobre 2013

"Ce qui s'égare doit être cherché en bas, toujours plus en bas. Si pour un instant, quelque chose s'est arrêté en haut, cela n'est qu'un refuge occasionnel et transitoire. Toutes les empreintes mènent vers le bas, même celles des choses les plus hautes. Il se peut qu'il y ait en bas un autre en haut, puisque le haut devrait être le lieu où toutes les choses tombent."   Roberto Juarroz, Fragments verticauxTraduit de l'espagnol (argentin)par Silvia Baron Supervielle
Posté par AUGDER à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 juillet 2013

Etre.   Et rien de plus. Jusqu'à ce que se forme un puits au-dessous.   Ne pas être. Et rien de plus. Jusqu'à ce que se forme un puits au-dessus.   Ensuite, entre ces deux puits, le vent s'arrêtera un instant .   Roberto Juarroz
Posté par AUGDER à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2013

La loi de la pesanteur qui agit sur la poésie engage non seulement une force vers le bas, mais aussi une attraction vers le haut (...) Le terme vertical s'y réfère, appliqué à ces fragments et à la poésie qui l'inclut dans sa désignation.   Roberto Juarroz  
Posté par AUGDER à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juillet 2013

"La poésie est une tentative risquée et visionnaire d’accéder à un espace qui a toujours préoccupé et angoissé l’homme : l’espace de l’impossible qui parfois semble aussi l’espace de l’indicible."Roberto Juarroz
Posté par AUGDER à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :